Tout d'abord, bonjour ou bonne nuit à toutes et à tous ! Je suis Inpetto, jeune humaine de 25 ans tout à fait enchantée de faire votre connaissance. :) J'écris ici aujourd'hui parce que je me trouve dans une situation d'inconfort assez désagréable et handicapante par rapport à ma vie et à ma façon d'être et il me semble qu'exprimer mes émotions et mes ressentis sur internet m'a aidé, à une période de ma vie, à maintenir une certaine stabilité, ou du moins à rester connectée au monde et aux autres. J'aimerais donc essayer, par le biais de ce nouveau blog, de recommencer à "coucher sur l'écran" mes pensées et voir ce que ça donne. Bien entendu, j'ai d'autres projets que celui de vous raconter ma vie pour le plaisir et j'espère qu'avec le temps, je parviendrai à retrouver l'inspiration et une certaine discipline d'écriture, car après avoir passé plus de 5 ans à ne plus m'exprimer comme j'avais l'habitude de le faire auparavant, je dois avouer que j'ai à la fois, beaucoup de choses à dire, mais aussi beaucoup de difficulté à le faire.

Je tiens à vous remercier de faire le choix de vous égarer sur ce blog pour une durée indéterminée. J'espère qu'il vous divertira, vous fera du bien ou vous apprendra des choses (ou bien même les 3 à la fois).

 

Pour ceux qui se demandent comment tout ça va finir, sachez que je suis adepte des pavés et que je digresse, je dis graisse...

Oh, il reste encore quelqu'un ? Parfait, commencons donc. :)         

                           

Hmmm, mais pourquoi tenir un blog ?

Chers amis, il est temps que je vous raconte un peu mon histoire.

Il était une fois, une enfant timide. Un enfant timide qui traversa les automnes, sans réellement quitter sa bulle. Cette bulle  se trouvait être sa tête et en sortir signifiait pour elle se mettre à découvert. Elle avait le coeur grand et sensible, plein de place pour beaucoup de monde mais peu l'approchaient, car elle n'était pas très amusante. Elle avait toujours beaucoup trop pensé et observé au lieu d'agir, voilà là son défaut. Sa sensibilité la rendait intolérante aux conflits, aux moqueries ou à l'expression de la colère des autres enfants, qu'elle jugeait souvent exprimée dans des circonstances futiles. Elle n'aspirait qu'à la joie, voulait avoir des amis, ressentir la douce joie de faire partie d'un groupe, mais ses pensées lui prenaient beaucoup de temps et aussitôt qu'on la regardait avec trop d'insistance, son visage prenait une couleur rouge tomate qui lui valu ce surnom, pendant un certain temps. Tomate était donc timide, introvertie et bien trop réfléchie pour son âge. Par exemple, elle n'avait jamais vraiment voulu être la plus belle ou la plus populaire, ses parents ne l'avaient d'ailleurs pas élevée en mettant en avant ses qualités physiques. Cependant, elle se rendit compte avec le temps que porter certains vêtements ou se comporter de façon exagérement faible ou futile étaient des manières d'attirer vers elle, tantôt les garçons et tantôt les filles. Oui, les garçons aimaient faire étalage de leur force et se montrer physiquement supérieurs. Quant aux filles, elles aimaient vivre des histoires, danser et se donner en spectacle. Parfois, tout allait merveilleusement bien, ça jouait aux billes dans les coins les plus inadaptés de la cour, ça se prenait pour des personnages de fiction en se crépant le chignon quant à la distribution des rôles ou bien encore ça battait le record du plus grand nombre de "trois p'tits chats" effectués en une récré. Et elle appréciait ces moments où rien ne comptait vraiment, mais où tout le monde avait sur le visage un sourire. Elle ne détestait ni les filles, ni les garçons, mais se demandait parfois pourquoi les élèves la considéraient comme une bête étrange et pourquoi ils ne comprenaient pas grand chose à ce qu'elle disait, le peu de fois où elle prenait la parole. Un certain Gary ne jurait que par la violence et dès qu'il tentait une approche il finissait par faire mal à quelqu'un et rigolait de son acte. Elle le trouvait particulièrement immature et lui aurait bien dit ce qu'elle pensait à plusieurs reprises, mais il était assez effrayant et de toute façon elle n'avait jamais livré ses sentiments qu'à ses plus proches camarades, et encore...

 

[...La bonne nouvelle c'est que j'ai décidé de me remettre à l'écriture et de trouver des réponses à certaines de ces interrogations et problèmes que me pose l'existence. Pour se faire, quoi de mieux que l'espace à la fois rassurant et riche en liberté d'un blog anonyme qui ne se prend pour rien d'autre qu'un défouloir et une tentative d'ouverture et de partage?]